Une « Baby » Benz de 40 ans

0
686
Mercedes Benz
Un design intemporel signé Bruno Sacco

Elle se voulait être « une vraie Mercedes », et il n’y avait pas de prédécesseur auquel la série 201 aurait pu se comparer. La première familiale de Mercedes-Benz a fêté ses 40 ans en décembre dernier. Elle est loin d’être une « Baby » Benz, comme l’appellent les Américains. Nous nous penchons de plus près sur ce classique d’entrée de gamme.

Par rapport à la Classe S ?

Avec sa quatre portes compacte, le designer Bruno Sacco a créé un (pas si) petit chef-d’œuvre de design et de technologie, auquel les modèles suivants et parallèles de Stuttgart devaient se mesurer. Après un milliard de marks de coûts de développement, l’entrée de gamme de Mercedes-Benz était techniquement au point, rien que l’essieu arrière à direction spatiale avec cinq bras par roue laissait les 14 pouces quasiment collés au sol.

Mercedes
Elle ne fait pas son âge.

La nouvelle compacte a d’abord été fabriquée à Sindelfingen, puis, à partir de 1983, en coopération avec l’usine de Brême dans les anciens halls Borgward. Un concept d’habitacle simple mais de haute qualité pouvait, comme toujours chez Mercedes-Benz, être étendu du maigre équipement de base à la version de luxe pleinement équipée. La gamme de moteurs s’étendait du diesel à aspiration naturelle de 72 ch au moteur à seize soupapes et à injection, qui était le modèle haut de gamme 190 E 2.3-16. En 1986, un six cylindres a encore été ajouté.

Panneaux Sacco
Les « panneaux Sacco » révèlent la mise à jour du modèle

Facelift : avant et après

Après six ans de production et 1 000 000 d’exemplaires de la compacte Benz vendus, le restyling est arrivé en 1988. Visuellement, les pare-chocs devinrent plus imposants et furent complétés par les « panneaux Sacco » sur les flancs des voitures. De légères retouches au tableau de bord et de meilleurs sièges rapprochaient encore plus la voiture de sa « sœur aînée », la Classe E de la série 124. Celle-ci était déjà disponible pour le même prix avec un équipement plus maigre, mais cela n’a pas diminué le succès de la série 201.

Benz
Extrêmement confortable, même sur les longs trajets

A l’avant, on est extrêmement bien assis dans la « 190 » et on a une merveilleuse impression d’espace. Tous les interrupteurs sont là où l’on s’attend à les trouver en tant que conducteur Mercedes. Le long capot devant soi descend légèrement et est limité quelque part à l’avant par l’étoile de capot. À l’arrière, l’espace est déjà un peu plus restreint, malgré les quatre portes. Le coffre n’est pas non plus très grand, il faut donc bien planifier le grand départ en vacances. D’autant plus qu’il n’est pas possible de rabattre la banquette arrière.

Mercedes
Il y a vraiment beaucoup de place à l’avant

Ils tournent et tournent encore…

Les moteurs de la « Baby-Benz » sont tous robustes. Il vaut toujours la peine de jeter un coup d’œil à la chaîne de distribution, même les différents composants de la K-Jetronic peuvent, avec l’âge, exercer une influence négative sur la fluidité de fonctionnement du moteur. Et dans ce cas, la recherche de la panne est extrêmement laborieuse, surtout pour les véhicules qui sont restés longtemps à l’arrêt. Les 16 soupapes souffrent de temps en temps de fuites, surtout si elles ont été utilisées comme prévu à l’usine. Les diesels sont quasiment considérés comme indestructibles, mais sont au rouge quant à la vignette écologique.

Benz
Tout à fait faisable pour les bricoleurs

Rouille ou pas rouille ?

Quiconque a déjà eu affaire à une Mercedes-Benz de ces années-là connaît le problème de la rouille. Certes, la 190 ne présente pas encore les énormes problèmes des années 90. Ici, les peintures à base d’eau et les bains de trempage contaminés par des bactéries entraînaient parfois des détériorations massives de la tôle. Mais rien qu’en raison de son âge, une W 201 rouille plus qu’une voiture neuve. Son intemporalité est à la fois une malédiction et une bénédiction. On ne voit pas vraiment son âge, et beaucoup de gens utilisent cette compacte comme une voiture fiable au quotidien. Pourtant, ce n’est même plus une Youngtimer, mais une Oldtimer mature. Et c’est ainsi qu’elle devrait être traitée.

Benz
Anguleuse et sobre

La transition entre la voiture de tous les jours et le cruiser du dimanche bien entretenu peut être floue. Si la rouille n’a pas encore mordu, un traitement à la cire peut sauver pas mal de choses. Une vieille Mercedes moisit volontiers au niveau des logements du cric, rarement inspectés et souvent oubliés. Il s’agit de petits trous à l’avant et à l’arrière des bas de caisse, dans lesquels le cric peut être inséré en cas de crevaison. C’est ici que la rouille apparaît souvent derrière le volet en plastique. Les coins des ailes, les bords inférieurs des portes, les logements de l’essieu arrière : tout ce que l’on connaît de la W 124 devrait également être examiné ici. À partir de 1988, la prévention de la rouille était un peu meilleure.

Benz
Quatre portes, mais pas beaucoup de place à l’arrière

« Une vraie Mercedes »

Ce qu’est exactement une vraie Mercedes et ce qu’elle n’est pas, les internautes des forums et les fans en débattent parfois très bruyamment. Et les définitions changent tous les dix ans. On est sûr d’une chose : la W 201, tout comme la W 124, est une vraie Mercedes. Très bien. Pour ceux qui roulent beaucoup, ce modèle construit à des millions d’exemplaires a l’avantage d’être généralement bien approvisionné en pièces détachées. On trouve de nombreuses pièces, mais plus toutes, directement « chez l’ami » au comptoir des pièces détachées.

Mercedes
Quand la « boîte à chaussures » était encore chic

Presque toutes les pièces mécaniques sont reproduites en qualité d’origine. Freins, systèmes d’échappement, pompes à eau : tout est disponible et à un prix normal. Cela devient plus difficile pour les pièces d’intérieur colorées ou les baguettes chromées. Elles sont soit introuvables, soit très chères. De nos jours, il existe pour la W 201 des combinaisons de couleurs très audacieuses et un nombre presque incalculable d’équipements. En cherchant un peu, chacun peut trouver la voiture de ses rêves.

Une icône acclamée

Une 190 bien entretenue est une voiture intéressante et fiable, quel que soit son niveau d’équipement. Les 2.3-16 sont devenues depuis longtemps des raretés recherchées, ne serait-ce qu’en raison de leur notoriété en rallye, et sont donc très chères. Les homologations Evo I et Evo II, construites chacune à un peu plus de 500 exemplaires comme ticket d’entrée dans le DTM, sont devenues quasiment inestimables. Depuis son 40ème anniversaire officiel, la série 201 est aussi officiellement célébrée comme une icône au sein du groupe.

Benz
Une pour chacun !

À juste titre. Mais cela ne fait évidemment pas baisser les prix. Ceux qui veulent en avoir une doivent se dépêcher. Et là encore, mieux vaut dépenser un peu plus pour une « Baby-Benz » entretenue correctement que de finir par se décourager avec des problèmes d’entretien et de rouille. Le prédécesseur de la Classe C construite à partir de 1993 est absolument adapté à un usage quotidien, mais à vrai dire, ce serait presque dommage d’en rester là.


Auteur du texte original en allemand : Jens Tanz – Sandmann


Mercedes-Benz 190 (W 201)

Période de construction : 1982 – 1993

Carrosseries : Berline tricorps

Moteurs à essence : 1,8 litre – 3,2 litres

Moteurs diesel : 2,0 – 2,5 litres

Nombre de pièces : 1 879 629

Prix 2023 : 5 000 € – 10 000 €