Mazda 121 : la « cloche à fromage »

0
657
Mazda
Une voiture digne d'une bande dessinée

 

Le statut de voiture de niche de la Mazda 121 est à la fois passionnant et dommageable d’un point de vue actuel car celui qui cherche une voiture spéciale, fiable et bon marché pour le quotidien est bien servi par cette petite boule. Malheureusement, il n’y en a presque plus, c’est pourquoi nous lui accordons aujourd’hui une attention toute particulière. Avant que les derniers exemplaires ne disparaissent.

Kia ou Ford ?

L’acheteur de voitures allemandes telles que BMW, Audi, Volkswagen ou Mercedes-Benz ne connaît généralement pas bien les véhicules asiatiques. Peut-être a-t-il lu une fois dans la salle d’attente du médecin un rapport de l’ADAC, selon lequel la Toyota semble être tout à fait fiable, mais c’est tout. C’est pourquoi presque personne ne connaît aujourd’hui la Mazda 121, qui souffrait à l’époque de légers troubles de personnalité.

Mazda
Où est l’avant, où est l’arrière ?

La première génération DA, de 1988 à 1991, était un projet commun de Kia et Ford et ressemblait à la Kia Pride (ou à la Ford Festiva, mais elle était surtout distribuée en Amérique du Nord parce qu’elle rentrait en travers à l’arrière dans le coffre des berlines contemporaines). La troisième génération JASM et JBSM, de 1996 à 2003, était pour sa part quasiment une Ford Fiesta 96. Toutes deux brillaient par leur mauvaise finition et leur manque d’originalité, c’est pourquoi nous nous penchons sur le modèle situé entre les deux !

Mazda
Petite voiture à quatre portes !

Une conception propre à Mazda

Car la DB, et seulement la DB, a été entièrement développée par Mazda lui-même et constitue un modèle à part entière. Avec tous ses hauts et ses bas. La berline à hayon de seulement 3,8 mètres de long a été commercialisée en dehors de l’Europe sous le nom de « Autozam Revue » et son design répondait à la consigne : Pas de coins ni de bords, s’il vous plaît. Cela a été mis en œuvre de manière conséquente et quiconque a vu une Mazda 121 pour la première fois à l’époque a cru se retrouver dans l’univers des canards de Disney.

Volant
Il y a relativement beaucoup de place à l’avant

Les couleurs vives, les motifs de tissus difficiles et les accessoires en option tels que les jantes en forme d’ours ou les fleurs adhésives multicolores limitaient déjà violemment le cercle des acheteurs potentiels. La plupart se contentaient de rire, moi aussi. La presse l’appelait « l’œuf » ou « la cloche à fromage ». Trente ans plus tard, la petite quatre portes a en quelque sorte mûri et constitue une figure plus qu’agréable dans un paysage routier en pleine mutation, rempli de SUV géants au regard agressif. Elle est sympathique de bout en bout.

Mazda
Des sièges comme des tapis d’hôtel est-allemands

Un seul moteur pour tout

Le quatre cylindres de 1,4 litre est un compagnon robuste mais rude. Avec ses 53 ch, il fait avancer les 800 kg au quotidien, et avec les 72 ch alternatifs, il est vraiment rapide en combinaison avec une boîte de vitesses manuelle à cinq rapports. Mais au-delà de 100 km/h, le bruit se situe déjà clairement dans le secteur des petites voitures des années 90. La soif n’est pas non plus à la hauteur de la taille de la voiture, rien ne va en dessous de 8 litres de carburant. Mais qui s’en soucie pour une voiture aussi unique ?

Quatre cylindres
Le quatre-cylindres est petit, craquant et robuste

Rien de nouveau à l’Ouest

Ceux qui, après la chute du mur, ont aimé le charme des hôtels fraîchement rénovés dans les nouveaux Länder, se sentiront parfaitement à l’aise dans la Mazda 121. Les sièges sont fermes et confortables, mais ressemblent aux tapis des couloirs d’hôtels près de Chemnitz ou de Dresde. Au lieu du bois de cerisier, nous trouvons du plastique sobre, mais bien conçu et doté d’une technologie qui fonctionne. Oui, il y a quatre portes et une banquette arrière. Mes enfants en bas âge y étaient bien assis, mais c’est et ça reste une petite voiture. On peut toutefois s’y asseoir confortablement à l’avant, même si l’on mesure 1,90 m, même si le toit en toile électrique est fermé.

Mazda
Tout bien en vue

La conception propre à Mazda brille avant tout par sa grande fiabilité. Notre modèle photo a coûté la bagatelle de 400€, et tout fonctionne parfaitement. Mazda, tout simplement. Les pièces de rechange comme les disques ou les plaquettes de frein, les flexibles de frein, l’échangeur thermique ou le radiateur d’eau sont encore disponibles sans problème. Après 30 ans, la rouille ronge aussi la carrosserie, mais elle reste limitée avec un entretien minimal.

Mazda
On PEUT aimer cette forme !

Non, vraiment ?

Mais ce qui fait la différence aujourd’hui dans une Mazda 121 DB, ce n’est pas sa fiabilité ou son équipement original, c’est sa forme. C’est peut-être la plus petite berline quatre portes à hayon avec une vraie porte de coffre que j’ai jamais conduite. Et le coffre peut tout de même contenir 290 litres. Les gens réagissent toujours de manière amicale lorsqu’ils voient une 121. Ils lèvent le pouce au feu rouge ou vous interpellent à la station-service.

Coffre
C’est suffisant pour les petits bagages

Et puis il y a ceux qui vous demandent si vous avez perdu un pari. Ou si l’on est vraiment sérieux au sujet de la voiture. Mais une fois que l’on a conduit la voiture à travers le monde pendant un certain temps, on plaide pour elle d’une voix ferme. Que l’on ait oublié de fermer le toit avant une forte pluie est sans importance. Que la clé de contact et de porte se casse dans la serrure est drôle, en quelque sorte. Les bases sont saines et correctes, on ne tombe pas en panne avec une Mazda 121. Et le reste, visuellement et au toucher, est une bande dessinée, ce qui la rend unique.

Voyage dans le temps vers les années 90
Voyage dans le temps, vers les années 90

Mazda 121, une bonne amie

L’époque où l’on pouvait trouver une 121 pour 400 € avec un certificat de contrôle technique est malheureusement révolue. Mais on en trouve de temps en temps sur le net, certaines correctes et bon marché, d’autres dans un état de collection absurdement cher. Mais si vous cherchez une voiture unique, fiable et facile à gérer, vous pouvez vous y mettre. J’insère un CD (déjà rétro) et je remonte avec bonheur dans les années 90. D’une certaine manière, beaucoup de choses étaient encore un peu plus… sympathiques.

 


Auteur du texte original en allemand : Jens Tanz – Sandmann


 

Mazda 121 (type DB)

Période de construction : 1991 – 1996

Carrosseries de la voiture : Berline

Moteurs à essence : 1,4 litre 16V

Moteurs diesel : –

Prix 2023 : 2 000 € – 4 000 €